Signature électronique sécurisée
Pour signer, ne cherchez plus votre stylo, cliquez !

Dans la banque, l’assurance, l’immobilier, la téléphonie, les appels d’offres,... la signature manuscrite est peu à peu remplacée par la signature électronique.  

 

Rapide, sécurisée et recevable juridiquement, elle présente de nombreux avantages dans le passage des entreprises à des processus numériques (réduction des délais de traitement, des manipulations, des re-saisies, couplage à des contrôles automatisés de conformité/qualité, augmentation du taux de transformation, intégration dans des workflow de validation et dans le système d’information etc.).

 

Alors que la signature électronique était, à son commencement, un procédé lourd et fastidieux, qui privilégiait la technique au détriment de l’ergonomie, c’est aujourd’hui une solution largement simplifiée (sans toutefois que son intégrité en soit affectée, au contraire) utilisable sur tout type d’équipement (PC, tablette et même smartphone) qui combine ergonomie, technologie et certification. Elle se fait de manière simple, et facilite en quelques clics la contractualisation dématérialisée et l’évolution vers le « zéro papier ».

 

En dépit des idées reçues, la signature électronique est en fait plus fiable que sa version traditionnelle. En effet, beaucoup plus de moyens techniques et de certifications sont nécessaires pour vérifier et prouver l’identité du signataire et l’authenticité du document signé, contrairement à la signature manuscrite classique, dont on ne peut connaître avec certitude l’auteur, et qui est donc plus sujet à la fraude. 

 

Depuis juillet 2016, le règlement européen eIDAS, qui instaure un cadre européen unique en matière d’identification électronique et de services de confiance, a harmonisé le marché au niveau européen. Ce règlement a également permis de rassurer sur le niveau de fiabilité de la signature électronique

 

Aujourd’hui, la simplification des process, associée aux nouvelles règlementations et législations, constituent un environnement favorable à l’essor de l’utilisation de la signature électronique, qui vient parachever la chaîne de dématérialisation documentaire. Les contrats sont émis au format numérique, peuvent être signés et archivés électroniquement grâce à des tiers de confiance certifiés, qui garantissent une durée de conservation, l’intégrité des documents, l’accès à ces archives pour toute la durée de conservation et l’impossibilité de les falsifier ou de les modifier lors de leur conservation.