dématérialisation des factures
La facture électronique est au coeur de la dématérialisation des entreprises et de leur transformation numérique

Une étude sur la dématérialisation des factures réalisée par Generix Group, éditeur de logiciels, envisage la disparition prochaine des factures papier.  

 

Depuis quelques années, l’Etat manifeste sa volonté d’aller plus loin dans la dématérialisation, notamment en matière de factures. Les très grands groupes ont d’ailleurs dorénavant l’obligation d’adresser leurs factures aux acteurs publics sous format électronique. Le 1er janvier 2018, ce sera au tour des entreprises de taille intermédiaire (ETI), puis celui des PME en 2019, et enfin les TPE en 2020. Le passage à la dématérialisation se fait donc progressivement, afin de permettre aux organisations ayant le moins de moyens de mettre en place leurs systèmes en temps et en heure.

Nul doute que les systèmes mis en place par les entreprises pour répondre aux nouvelles obligations vis à vis des clients du secteur public seront ensuite utilisés pour leurs clients du secteur privé.

 

Generix Group fait ressortir le boom à venir sur le passage au tout numérique. Selon l’étude, déjà 66% des sociétés sont aujourd’hui équipées d’une ou plusieurs solutions de dématérialisation, et sur les 34% restant, 71 % ont pour objectif de s’équiper dans les deux ans à venir (ce qui nous amènera alors à un taux d’équipement de 90%). Parmi les principaux freins cités par les retardataires : le manque de temps (28%) et de compétences internes (22%).

 

Elles vont donc devoir accélérer leur transition numérique et passer rapidement à la facturation électronique au regard de l’échéance législative. Si plus d’une entreprise sur deux (56%) le fait depuis au moins 4 ans, 73% de celles en capacité de digitaliser leurs factures n’en ont traité que  la moitié. La difficulté d’intégration de la solution avec les applications de gestion déjà existantes (40%), ainsi que la lourdeur du processus de mise en œuvre (33%) et le coût d’installation (31%) sont les raisons mises en cause par les répondants comme étant des freins au déploiement de la facture électronique.

 

Pourtant, plusieurs facteurs vont encourager les entreprises à s’équiper de solutions de dématérialisation. La facturation électronique permet par exemple de réduire les délais de paiement, les coûts d’affranchissement et d’éditique, les manipulations. La réglementation imposée par l’Etat et la maturité croissante des offres de solutions de dématérialisation pourraient également conduire à un développement de ce processus. Sans oublier l’effet « boule de neige » entre les utilisateurs.

En associant cette solution avec un Service d’Archivage Électronique, l’utilisateur peut ainsi faire face aux obligations légales et fiscales en conservant à long terme ses factures tout en préservant leur intégrité, en leur permettant de les retrouver facilement et ainsi gagner en efficacité administrative.