Conserver les données sensibles de santé en toute sécurité grâce à l'archivage électronique

Comment conserver ses données personnelles de santé en toute sécurité ?

La transformation numérique de la santé entraine des changements qui font de la gestion et de la protection des données personnelles un enjeu primordial pour l'e-santé qui se tourne vers des systèmes d'archivage électronique.

 

Le secteur de la santé a commencé depuis quelques années sa transformation numérique. Les systèmes d’informations des hôpitaux se modernisent, les outils numériques se multiplient, les dossiers des patients sont dématérialisés… Bien sûr, avec ce tournant digital, les réglementations et agrément fourmillent, dans le but de protéger les données à caractère personnel des patients. Nous allons donc découvrir comment protéger les données des patients grâce à un archivage électronique sécurisé.

 

Une réglementation inflexible pour protéger les données personnelles

Le Règlement Général sur la Protection des Données, ou RGPD, qui est entré en vigueur en mai dernier, a instauré un cadre concernant le droit à l’effacement, à l’oubli ou encore à la portabilité des données des patients. Les données de santé, particulièrement sensibles, sont spécialement encadrées. Depuis la loi Informatique et Liberté déjà, les établissements avaient interdiction de les traiter, sauf exception ou si le patient donnait son consentement. Aujourd’hui, il existe un nouvel agrément d’Hébergeur de Données de Santé ou HDS, indispensable et même obligatoire pour tout établissement souhaitant conserver et archiver les données à caractère personnel des patients, en toute sécurité : la façon de les conserver est désormais encadrée. Les informations recueillies peuvent être de l’ordre du dossier médical issu d’un établissement de santé, mais également des données administratives.

 

Des contraintes fortes de gestion de dossiers patients

Pour pouvoir conserver à long terme les dossiers des patients, le niveau de sécurité de l’établissement doit être le plus élevé possible. Pour cela, des certifications et labels peuvent être obtenus, comme l’agrément HDS, mais également les normes NF Z 442-013 et ISO 14641-1, ou encore ISO 27001 pour la sécurité de l’information, obligatoire pour obtenir l’agrément HDS, qui assurent à toutes les parties la confidentialité des données. Les différents services exigent d’accéder instantanément aux dossiers et données de leurs patients, et de pouvoir mettre à jour facilement les parcours clients. Pour éviter les pertes de temps et d’informations, les dossiers électroniques sont impératifs : cela permet de centraliser les documents et de pouvoir suivre les patients de façon régulière.

 

Le SAE comme solution pour protéger ses données de santé

Le Service d’Archivage Electronique ou SAE est la solution la plus sécurisée pour protéger des données de santé à caractère personnel sur le long terme. En effet, celui-ci assure l’intégrité des données, mais également la confidentialité des informations contenues dans les dossiers médicaux des patients, leur authenticité, leur lisibilité et interdit leur destruction ou leur modification durant toute la durée légale de conservation. Cependant, les données restent accessibles à ceux qui en ont l’autorisation tout en préservant le secret médical : ce service reste le plus approprié pour l’archivage des données de santé, à condition bien sûr que ce SAE certifié soit également agréé HDS.

 

#TransfoNum #eSanté #Dematerialisation #CDCArkhineoNEWS