le piratage informatique a un coût

Cyberattaques : quels coûts pour les entreprises ?

 

Les cyberattaques ont vu leur nombre s’accroître au cours des cinq dernières années. Le coût pour les victimes a également explosé. Pourtant, les entreprises ne se protègent pas systématiquement contre le piratage informatique faisant grandir le cyber risque.

 

En France, une cyberattaque coûte en moyenne 8,6 millions d’euros. D’après une étude d’Accenture, le coût des attaques informatiques dans le monde a bondi de 27,4% et de 72% sur cinq ans. Le montant de la facture risque d’être de plus en plus élevé au cours des prochaines années.

 

Quels sont les chiffres du cyberrisque ?

Le nombre d’attaques informatiques n’a cessé de croître ces dernières années, passant de 80 000 à 160 000 en 2017, et même 350 000 si on inclut les attaques qui n’ont pas été déclarées officiellement. Leur coût moyen a augmenté de 72% au cours des cinq dernières années. 52% des entreprises ont déjà subi une ou des tentatives d’attaques informatiques, selon une enquête de Denjean & Associés. 93% d’entre elles ont pâti de ces agressions : plantage du système informatique, vol de données, perte financière, chantage financier, etc.

 

Combien coûte une cyberattaque ?

Accenture a interrogé 2 600 experts et 355 grandes entreprises qui réalisent plus de 20 milliards de dollars de revenus annuels. L’étude démontre clairement une envolée des coûts et conséquences financières liés aux attaques informatiques. En moyenne, une cyberattaque coûte 13 millions de dollars. L’exemple de Saint-Gobain, victime de l’attaque NotPetya en 2017 qui lui avait fait perdre 80 millions d’euros, en est un exemple. Au Japon, la facture des attaques visant les grands groupes se lève à 13,6 millions de dollars, pour 13,1 millions en Allemagne, et 8,6 millions en France. Les attaques sont de plus en plus sophistiquées et la dépendance au numérique est de plus en plus forte, ce qui explique le coût élevé du risque cyber. En plus du coût de l’attaque, les amendes peuvent pleuvoir : Uber a dû payer 148 millions de dollars à l’ensemble des États américains en septembre dernier car l’entreprise avait failli à la protection des données personnelles.

 

Les entreprises sont-elles assez protégées contre les cyberattaques ?

Selon l’étude Denjean & Associés, à l’exception des grands groupes, toutes les entreprises sous-estiment les risques d’attaques informatiques. Seulement 38% considèrent ce risque comme important ou très important, alors que 52% des entreprises ont déjà été victimes d’un piratage informatique. La méconnaissance de l’ampleur et des cibles des cyberattaques est le principal facteur, puisque les PME et ETI pensent que les entreprises le plus susceptibles d’être visées sont les multinationales. 58% des TPE, 75% des PME et ETI et 100% des grandes entreprises estiment qu’elles sont correctement protégées contre le cyberrisque.

 

Comment se protéger des cyberattaques ?

Pour protéger au mieux son patrimoine informationnel, le SAE est l’une des meilleures solutions. Tous les documents relatifs aux savoirs faires, aux processus métier, les justificatifs administratifs, les documents contractuels, … doivent être protégés : non pas stockés et sauvegardés sur des serveurs ou des disques durs non sécurisés, mais au sein d’un vrai Système d’Archivage Électronique. Un SAE garantira protection, sécurité, accessibilité et conservation à long-terme des documents. Il existe des prestataires de confiance certifiés dont les équipes et les technologies sont entièrement consacrées à la protection des données. L’externalisation peut donc clairement aider les entreprises à lutter contre les cyberattaques.

 

#TransfoNum #Cyberrisk #DataProtection #CDCArkhineo