Comprendre les enjeux de l’identité numérique

Identité numérique : le Ministère de l’Intérieur veut l’adopter, la CNIL se méfie

 

Le règlement européen eIDAS souhaiterait que la France adopte une solution d’identité numérique pour sécuriser les transactions dématérialisées au sein de l’UE. Une situation qui ne plaît pas à la CNIL, attachée à la protection des données personnelles.

 

Le règlement eIDAS, censé accroître la confiance dans les transactions électroniques au sein de l’Union Européenne, presse le gouvernement français d’adopter une solution d’identité numérique. Le Ministère de l’Intérieur est en train de mettre ce système en place.

 

Que souhaite l’eIDAS ?

Entrée en vigueur en 2016, la réglementation européenne eIDAS donne un cadre juridique aux échanges électroniques ayant lieu entre les membres de l’Union Européenne. Elle concerne la signature, les cachets et l’horodatage électroniques, les services des fourniture électronique et l’authentification de site Web. Le règlement a donc sommé le gouvernement français d’adopter une solution d’identité numérique sous le format d’une carte de crédit ou d’une authentification en ligne certifiée sur mobile. Elle devrait permettre aux citoyens de créer l’identité forte requise par eIDAS et la sécurisation des services en ligne.

 

Quels sont les avantages d’une solution d’identité numérique ?

L’Estonie a été un pionnier en matière d’e-gouvernement : cela fait bientôt vingt ans maintenant que presque tous ses services publics et commerciaux sont dématérialisés. Les bénéfices sont nombreux : réduire les coûts de transaction, permettre de faciliter les services comme embarquer dans un avion ou utiliser les transports de façon multimodale, supprimer les reçus et notes de frais… La productivité administrative en serait fortement augmentée grâce à l’automatisation des traitements de dossiers. Cela permettrait aussi de mieux contrôler la fraude et d’identifier les auteurs de transactions financières.

 

Qu’en dit la CNIL ?

Bien que l’identité numérique facilite grandement la vie des citoyens et permette des gains de coûts et de temps considérables, la CNIL semble la voir d’un mauvais œil. Cela signifierait en effet que toutes les informations et données médicales, fiscales, familiales des citoyens seraient rattachées à un identifiant unique, et que toutes ces identités seraient liées à un fichier central. La CNIL a été fondée sur le RGPD et est attachée à la protection des données personnelles et à leur utilisation. Il faudrait donc que le Ministère de l’Intérieur se mette d’accord avec la commission et se conforme au RGPD, pour la mise en place de cette identité numérique.

 

#eIdentity #Dematerialization #DataProtection #CDCArkhineoNews